L’acquisition des aptitudes sociales

On apprend plus de nos semblables que de nos enseignants. C’est un constat vieux comme le monde qui a motivé, dans plusieurs cultures et à travers plusieurs ères, le principe d’entraide entre apprenants. Une personne d’un certain âge, qui connaît et vit les mêmes réalités qu’un autre, sera plus en mesure qu’un enseignant de lui faire comprendre un concept particulier. C’est l’une des raisons pour lesquelles on encourage les parents à organiser des rencontres entres enfants en bas âge.

En procédant ainsi, on parvient non seulement à créer un environnement d’émulation entre enfants du même âge. Mais en plus, on parvient à déceler rapidement les comportements négatifs et les enfants qui ont des difficultés à fonctionner en groupe. Dans de tels cas, plusieurs approches peuvent être envisagées pour encourager les interactions sociales.child-489685_960_720-1

Très souvent, de tels groupes d’enfants qui apprennent à se connaître, représenteront un système de soutien pour chaque enfant qui le compose. Ils seront les premiers à dénoncer les comportements négatifs, et également les premiers à récompenser les bons comportements tels que la générosité et l’entraide.

Dans certains cas, il s’agit simplement d’accompagner l’enfant et parfois, d’aller chercher dans son environnement les causes de son comportement a-social. Dans d’autres cas par contre, les causes peuvent être ailleurs. C’est le cas des enfants atteints d’autisme par exemple. Si un tel cas se présente, il est impératif de ne pas isoler l’enfant, mais plutôt de s’adapter à sa façon de penser pour lui apporter le même soutien qu’aux autres enfants.

Pour les autres enfants, c’est également une opportunité d’apprentissage, en leur enseignant qu’il faut accepter la différence, communiquer avec les personnes différentes âgées plutôt que les craindre. Une notion qui leur servira à l’avenir, en particulier dans les sociétés modernes dont les repères ne cessent d’évoluer, de changer et de se transformer.

Leave a Reply